Néonicotinoïdes

« Back to Glossary Index

Les néocotinoïdes sont une famille de substances insecticides à haute toxicité dont l’usage est non ciblé. Cet insecticide neurotoxique dérivé de la nicotine est principalement utilisé en agriculture pour leur action biocide. Leur usage en agriculture a suscité des inquiétudes dans de nombreux pays en raison notamment de leurs effets sur les insectes pollinisateurs.

Leur mode d’action consiste à affecter le système nerveux central des insectes en ciblant les récepteurs nicotiniques. Une suractivation de ces récepteurs provoque une paralysie mortelle chez l’insecte affecté. La plupart de ces néonicotinoïdes sont polaires, ce qui favorise leur réactivité avec l’eau, et donc leur solubilité. Une conséquence de cette caractéristique chimique est le fait que leur absorption par les plantes et les sols est facilité. On retrouve des substances néonicotinoïdes dans les cours d’eau et dans les sols même plusieurs années après leurs utilisations.

Ils peuvent être utilisés dans certains pays, de manière prophylactique (en prévention de maladies) sur les champs de maïs, de soja, de colza, de céréales, de coton et de betteraves à sucre (En France depuis le 14 décembre 2020) . Outre l’agriculture, ils sont également utilisés à des fins phytosanitaires et vétérinaires, par exemple comme traitement anti puce pour les animaux de compagnie.

Définition de l’ANSES

 » Les néonicotinoïdes sont des substances insecticides qui peuvent être notamment utilisées dans des produits en agriculture. Ce sont des substances dites systémiques, c’est-à-dire qu’elles se diffusent dans toute la plante pour la protéger des ravageurs. Elles peuvent être utilisées en granulés, en traitements de semences ou en pulvérisation. En agriculture, cinq substances sont répertoriées dans la famille des néonicotinoides : la clothianidine, l’imidaclopride, le thiaméthoxame, l’acetamipride et le thiaclopride. Les effets de ces substances sur l’environnement et notamment les auxiliaires de cultures sont aujourd’hui connus ce qui a conduit l’Union européenne à restreindre fortement leurs usages » .

Les néonicotinoïdes en dates

  • 2013 
    Sur la base des conclusions de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), un moratoire de la Commission européenne impose des restrictions à l’usage de trois néonicotinoïdes jugés nocifs pour les abeilles dans les cultures prisées de ces insectes : la clothianidine, l’imidaclopride et la thiaméthoxame >> Interdiction du traitement des semences, des sols et des traitements des feuilles pour les cultures attractives pour les abeilles, sauf cultures sous serre, céréales d’hiver et après floraison.
  • 2016 
    En France, la loi « Pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages » prévoit l’interdiction des produits à base de néonicotinoïdes à compter du 1er septembre 2018. Des dérogations pourront être accordées jusqu’au 1er juillet 2020 sur la base d’un bilan établi par l’Anses, qui compare les bénéfices et les risques liés aux usages de ces produits avec ceux de produits de substitution ou de méthodes alternatives.
  • 2017 
    L’Anses publie son premier rapport sur les alternatives chimiques et non chimiques des néonicotinoïdes.
  • 2018 
    La Commission européenne interdit l’usage des 3 substances clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame au niveau européen, sauf pour les usages sous serre.
  • 2019 
    Suite à sa réévaluation, la substance thiaclopride est interdite dans l’Union européenne.
  • 2020
    La loi du 14 décembre 2020 prévoit l’octroi de dérogations pour utiliser des substances néonicotinoïdes pour les semences en cas de dangers pour les cultures de betteraves sucrières. Les dérogations délivrées doivent faire figurer des mesures d’atténuation des risques de dissémination dans l’environnement et d’effets néfastes sur les organismes non cibles, en particulier les insectes pollinisateurs et les oiseaux.

Les demandes de renouvellement des substances clothianidine et thiaméthoxame ne sont pas soutenues.

Actuellement, deux substances sont autorisées au niveau européen :

  • l’imidaclopride uniquement pour les usages sous serre
  • et l’acétamipride.

Le saviez-vous ?

Les néonicotinoides sont également utilisés dans les médicaments vétérinaires comme les traitements contre les puces des animaux de compagnie et les produits biocides tels que les traitements des bâtiments d’élevage ou les appâts contre les nuisibles pour les usages domestiques.

Sources

ANSES

« Back to Glossary Index